Attention ! Du 4 juillet au 26 août 2022, la salle de lecture passe en horaires d'été : ouverture le mardi et le mercredi de 9h à 12h30 et le jeudi, en continu, de 9h à 17h.

Nos coups de coeur

100 Fi 1457 (jpg - 799 Ko)

Au gré des classements et des recherches, nous croisons régulièrement des documents qui nous marquent par leur singularité, leur valeur historique, esthétique ou leur pouvoir évocateur ... À vous de les découvrir !

Soldats et photographes en transit en gare de Rennes

Sous les timides rayons de soleil de printemps de ce 3 avril 1941, quelques soldats de la Wehrmacht immortalisent les derniers instants en gare de Rennes, appareils photos en mains, avant le départ de leur convoi ferroviaire. Ils ne le savent peut-être pas encore, mais ils vont être déployés dans quelques mois sur un nouveau théâtre d'opération. La destination n'est pas identifiable sur le cliché, mais le marquage présent sur les wagons indique qu'ils se rendent à Stuttgart, en vue du lancement de l'opération Barbarossa, déclenchée contre l’U.R.S.S., le 22 juin 1941.

Consulter

Des uniformes qui parlent

Une photographie durant l'occupation allemande à Rennes : des soldats allemands au repos, qui profitent d'un après-midi ensoleillé dans le parc du Thabor. Cependant, un œil aiguisé sait trouver de nombreux indices qui documentent ce cliché et nous renseignent sur les fonctions militaires de ces soldats.

Consulter

Des prisonniers et des camps

Dès l'entrée des soldats allemands dans la ville de Rennes, le 18 juin 1940, la question de la répartition et du logement des prisonniers de guerre se pose. L'occupant, en lien avec les autorités locales, réquisitionne des bâtiments de grande capacité, notamment les anciens camps de réfugiés construits au début de la guerre, dès la fin de l'année 1939, et réalisés par les architectes Ernest Rual, Pierre Derrouch et Charles Rallé, ou encore le Parc des sports, situé route de Lorient.

Consulter

Recto-verso : de Rennes à Nantes - Pétition !

Certains documents d'archives évoquent la vie quotidienne et conservent la trace des hommes et des femmes qui nous ont précédés. Au milieu d'une majorité de documents administratifs et impersonnels, ces documents qui font émerger les voix ou les visages des habitants suscitent souvent une émotion toute particulière.

Consulter

Dans le rétro

haut de page