Une panne d'ascenseur limite l'accès aux documents pour une durée indéterminée. Pour tout renseignement, contactez nous ! Merci de votre compréhension.

Quoi de neuf ?

Les politiques publiques du sport à Rennes

Le 05/04/2024 EnPERSPECTIVE

Montage réalisé à partir de la 1ère de couverture du document de candidature de Rennes au "Challenge de la ville la plus sportive" en 1982 et article de presse, 1105 W 56

Depuis l'entre-deux-guerres et la création d'un sous-secrétariat d'État à l'éducation physique en 1928, la pratique sportive en France a une histoire qui s'entremêle indéniablement avec les champs politique, d'action sociale et de projet de société. L'exemple rennais est particulièrement intéressant car très précoce en la matière.

 

  • Années 60 : Renouveau des politiques sportives publiques

Dès 1966, année de création du ministère de la Jeunesse et des sports, un service "éducation physique, sports et activités d'initiation sportive, des centres aérés, des camps de vacances, des classes de neige et des gymnases scolaires" est créé. Une lettre du 28 décembre de la même année en précise l'organisation : le service se compose alors d'un chef de service, d'un moniteur détaché à titre administratif, d'un secrétariat, ainsi que d'un personnel de surveillance des salles (1064 W 10). En 1968, le service est renommé "éducation physique, sports et activités de loisirs scolaires".
À cette époque, le sport est considéré par les responsables politiques comme un moyen de mobilisation idéaliste de la jeunesse et de rayonnement de l'image du pays. On assiste alors au déploiement d'une politique ambitieuse et fortement dirigiste. Un plan de rénovation du sport français est alors mis en place par l'État, qui comprend notamment un service de préparation olympique. Il est à l’initiative de deux lois-programmes d’équipements sportifs et socio-éducatifs (1962-1965 et 1966-1969). Dans ce cadre, les offices municipaux des sports se structurent en fédération en 1958.

Une nouvelle étape est franchie avec la loi Mazeaud du 29 octobre 1975 sur le sport, "relative au développement de l’éducation physique et du sport". Elle atténue le dirigisme de l'État des années 1960, en posant les bases d'une "politique contractuelle publique du sport". La même année, à Rennes, le Service d'éducation physique et des sports devient la Direction des sports et loisirs scolaires. Celle-ci est chargée de l'animation périscolaire, de la gestion des salles et terrains de sports municipaux, des piscines municipales et du pavillon de Rennes.

 

  • Années 80 : Le sport comme "politique de proximité"

À partir de 1981, sous la présidence de François Mitterrand, la gestion des enseignants d'EPS (Éducation physique et sportive) réintègre le ministère de l'Éducation nationale. Dans le cadre des mesures de décentralisation, la loi du 16 juillet 1984 relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives rappelle que le développement du sport est une mission de service public tout en reconduisant la notion d’agrément des fédérations. Mais, elle incite désormais les collectivités territoriales à le prendre en partie en charge.
La Ville de Rennes est alors déjà particulièrement impliquée dans la vie sportive. C'est à cette époque qu'elle participe au concours "Challenge de la ville la plus sportive de France" (organisé par le quotidien sportif L'Auto, puis l'Équipe depuis 1937), remporté par la ville en 1982 (1105 W 56). La plaquette réalisée pour la candidature de la Ville de Rennes révèle l'affirmation de l'administration dans les politiques sportives du territoire, notamment au niveau des équipements sportifs, de l'aide au sport de masse, ainsi qu'au sport de haut niveau.
Dans les années 1990, alors que les politiques publiques du sport s’inscrivent dans une démarche interministérielle, la Direction des sports de la Ville de Rennes est rattachée à la Direction générale de la culture, de l'éducation et du sport (DG CES). En 1998, la DG CES est redessinée en trois secteurs : culture, éducation, animation (ce dernier secteur comprend la Vie associative, la Direction du développement culturel, la Direction des équipements sportifs, la Direction de l'animation sportive, la Mission jeunesse).

 

  • Années 2000 : Le sport, objet d'une démocratie participative

Il faudra attendre 2001 pour qu'une Direction des sports soit créée à Rennes. Elle est alors chargée de la mise en œuvre de la politique sportive municipale au travers de la gestion des équipements sportifs municipaux, de l'animation sportive, de l'évènementiel et des relations avec le maillage sportif rennais. En 2007, la DG Culture et la DG Sports (qui étaient jusque-là regroupées dans une même direction générale), sont divisées en deux directions générales.
Au niveau national, on assiste alors à une période incertaine du fait du recentrage des politiques nationales vers le sport de haut niveau et la performance. Mais progressivement, d'autres éléments viennent questionner ce recentrage par le prisme local de la démocratie participative, sur des questions liées à l'intégration, au développement territorial ou encore au tourisme sportif.


Autant d'éléments qui montrent les transformations ou les permanences de l'action publique française en matière de sport, comme le cas de Rennes en témoigne. Une histoire qui continue toujours de s'écrire…


Dans le rétro des archives

haut de page