[Covid 19] La salle de lecture des Archives de Rennes est ouverte les mardis, mercredis et jeudis, sur rendez-vous. En savoir plus.

Quoi de neuf ?

Appel à l’épuration de la Cour impériale de Rennes

Le 31/05/2021 ActuMETIERS

116Z1

Les Archives de Rennes ont acquis récemment auprès d'un libraire un ensemble composé d'une lettre de délation accompagnée d'un grand tableau manuscrit, datés du 14 avril 1815 (lors des Cents Jours, qui correspondent au retour de Napoléon en France, du 1er mars au 22 juin 1815) et adressés à l'Empereur.

L'auteur souhaite rester anonyme, en demandant que le tableau soit copié, et il explique pourquoi : "on n'a dit que la vérité, dans l'intention de servir l'Empereur, et pour cela, il ne faut pas être exposé à la haine, ou à la persécution, suivant les circonstances, de ceux à qui cette vérité n'est pas favorable".

En fait de service à l'Empereur, l'auteur appelle à épurer la Cour impériale de Rennes de ses éléments royalistes ; il dresse un tableau nominatif "de l'opinion politique des membres [...] d'après la conduite qu'ils ont tenue, depuis le 31 mars 1814 jusqu'au retour de l'empereur à Paris."

Le long courrier commence par ces mots édifiants : "Votre cour impériale de Rennes a besoin d'être épurée ; il s'y trouve des membres gangrénés de Royalisme, et vous avez pour premier Président et pour Procureur général  deux hommes au-dessous de leurs  fonctions. Le premier président est nul ; une hémiplégie le fige depuis plus de quatre ans dans sa chambre [...]. Le procureur général est un être faible et méticuleux [...]".

Le tableau qui l'accompagne (41,5 x 32 cm, recto-verso) recensant méticuleusement les noms d'une cinquantaine d'hommes incriminés (Desbois, Malherbe, Costard, Dupont des Loges, etc.), avec leurs fonctions, leur opinion (nulle, royaliste, royaliste enragé, équivoque, attaché à l'empereur, etc.) et la relation des "faits particuliers à l'appui".

L'exemple de Feval peut être cité : "Feval / Conseiller nommé par le Roi / Royaliste / Cette opinion est d'autant plus étrange qu'il n'est pas noble et qu'il doit toutes les fonctions qu'il a remplies à la générosité de l'Empereur : il était assesseur de la cour prévôtale, lorsqu'au mois d'avril 1814, elle été supprimée ; il acouru à Paris porteur de lettres de recommandation de nobles et de chefs de chouans avec lesquels il était en relation ; et il est parvenu à faire donner la retraite à M. Maussion, conseiller, et à se revêtir de cette place. Il est intrigant, il ne manque pas de moyens, il se rattachera au gouvernement actuel, s'il y est employé".

Ce document montre qu'il existe encore de farouches partisans de l'Empereur à Rennes après sa première abdication, le 6 avril 1814. Les Cents Jours sont l'occasion d'exprimer un soutien concret à l'empereur, à travers l'établissement de cette liste qui s'apparente à du renseignement. Ce tableau de la classe politique à Rennes est éminemment subjectif et malgré tout perspicace, dans une certaine mesure au moins : il est révélateur des fortes tensions politiques que connaît cette période charnière entre l'Empire et la Restauration.

Pour en savoir plus sur le don de documents, accédez à la page "Confiez vos archives".


Dans le rétro des archives

haut de page