A partir de lundi 1er juillet, la salle de lecture passe en horaires d'été. Une panne d'ascenseur limite l'accès à certains documents pour une durée indéterminée. Pour tout renseignement, contactez nous ! Merci de votre compréhension.

Nos coups de coeur

Il y a 100 ans : les funérailles de Jean Janvier

Convoi mortuaire devant la cathédrale Saint-Pierre de Rennes, pour les obsèques de Jean Janvier, le 30 octobre 1923, 350 Fi 65, lié à I 115

Voir toutes les images (1)

Document #47 - novembre 2023

Convoi mortuaire devant la cathédrale Saint-Pierre de Rennes, pour les obsèques de Jean Janvier, le 30 octobre 1923, 350 Fi 65, lié à I 115


Cette photographie a été prise lors des funérailles d'un maire qui a profondément marqué la ville de Rennes : Jean Janvier. Élu en 1908, on lui doit de nombreuses réalisations, notamment la réorganisation de l'administration municipale, le réaménagement de l'hôtel de ville, la politique de construction d'écoles (Quineleu, Liberté, etc.), et d'infrastructures diverses (Maison du peuple, piscine Saint-Georges, halles centrales, couverture de la Vilaine, etc.).
Suite à son décès survenu le 26 octobre 1923, la Ville de Rennes reconnaissante, décide d'organiser des funérailles solennelles : "La population tout entière voudra s'associer par sa présence à la manifestation de sympathie et de regret bien due à celui qui, dans l'histoire de Rennes, conservera le titre de "Rénovateur de la Cité" (Ch. Laurent, premier adjoint, 27/10/1923, I 115).  Les funérailles ont ainsi lieu le 30 octobre 1923. Le programme est annoncé et détaillé par voie de presse le jour même, notamment dans les journaux Les Nouvelles Rennaises qui revient sur l'œuvre de Jean Janvier, et dans L'Ouest-Éclair.


On y apprend notamment le détail de l'itinéraire du convoi funéraire, dont le départ est programmé à 9h30 à la maison mortuaire (16, rue Dupont-des-Loges), pour passer ensuite dans l'avenue de la Gare, puis quai Émile-Zola, pont Jean-Jaurès, quai Lamartine, quai Duguay-Trouin, place de la Mission, rue de la Monnaie, rue de Toulouse, rue Lafayette, rue d'Estrées, place de la Mairie, rue d'Orléans, quai Lamartine, quai Châteaubriant, pont Saint-Georges, avenue de la Gare, rue Saint-Hélier, faubourg Saint-Hélier, et enfin, avenue du cimetière de l'Est.
Afin de marquer le deuil général, le conseil municipal décide "que sur tout le parcours les candélabres seront voilés de crêpe et éclairés" (I 115). De plus, l'Hôtel de Ville, ainsi que les commerces sur l'itinéraire du convoi seront fermés.
Sur cette image, le cortège passe devant la cathédrale Saint-Pierre de Rennes. Pour l'occasion, "le grand catafalque des capitulaires est en place sur ses trois marches, recouvert du mortuaire brodé d'argent aux armes de Saint-Pierre et de Rennes. Il est entouré d'une triple rangée de candélabres dont les cierges sont entièrement de cire ainsi que ceux du chœur, et de plantes vertes avec deux massifs de chrysanthèmes sur le devant."


Le lendemain, 31 octobre 1923, le journal L'Ouest-Éclair revient longuement sur cette journée : "Un temps radieux a contribué à l'éclat des obsèques que fit hier la ville de Rennes au premier magistrat de la cité. Une foule considérable s'est pressée tout le long du parcours du cortège, et, durant la cérémonie religieuse, aux abords de la cathédrale qui ne pouvait pas contenir tout le monde."
Plusieurs discours se succèdent également au cimetière de l'Est, lieu d'inhumation de Jean Janvier. Celui du préfet Maupoil, souligne notamment la personnalité du maire défunt : "les traits dominants chez l'homme étaient la volonté et l'indépendance".


Très vite, et par délibération du 19 décembre 1923, le conseil municipal de Rennes donnera à une des plus importantes voies de Rennes, l'avenue de la Gare, le nom d'avenue Janvier : "Messieurs, en témoignage de reconnaissance et pour rendre un hommage public à la mémoire du remarquable administrateur qui, pendant plus de quinze années, depuis mai 1908, a consacré toute son intelligence et son inlassable activité au développement et à l'embellissement de cette ville de Rennes qu'il voulait rendre, par son renom et son prestige, la vivante capitale de la Bretagne, le Conseil municipal, réuni en séance plénière privée, le vendredi 2 novembre dernier, a décidé à l'unanimité de donner à l'avenue de la Gare, le nom de : avenue Janvier (maire de Rennes)."


Accédez à la frise "Quelques maires de Rennes".

Dans le rétro

haut de page