Une panne d'ascenseur limite l'accès aux documents pour une durée indéterminée. Pour tout renseignement, contactez nous ! Merci de votre compréhension.

En perspective

Rennes comme vous ne l'avez jamais vue !

Le 18/03/2022 ActuMETIERS

Autrice : C. Lemarchand

Près de 15 % des fonds conservés aux Archives de Rennes sont des archives privées. Ces dernières, au contraire des archives publiques, émanent de particuliers (personnes, familles, hommes politiques, etc.) ou de structures privées (associations, entreprises, etc.). Si les archives publiques rendent compte du point de vue de l’administration (elles sont produites par les services de la Ville et de la Métropole), les archives privées offrent un regard complémentaire, provenant de parcours individuels ou collectifs, et ainsi, un éclairage singulier sur l'histoire locale.

Les principaux modes d'entrées d'archives privées sont le don, l'achat, le legs, la dation (paiement d'impôts en nature) et le dépôt (sans transfert de propriété). Les achats peuvent être effectués de gré à gré (à une librairie spécialisée, à un particulier) ou bien lors d'une vente publique. La gravure présentée ici a été acquise lors d'une vente aux enchères fin 2021. Naturellement, avant la vente, vérification est faite que le document n'est pas déjà dans les fonds. Son intérêt pour l'enrichissement des fonds du service d'archives détermine la participation à la vente. Si celui-ci est avéré, les acquéreurs peuvent opérer sur place (en enchérissant en direct) ou à distance, en ayant fixé préalablement un montant maximal d'enchérissement, dont le commissaire-priseur tient compte lors de la montée des enchères.

Cette gravure de la ville de Rennes a probablement été réalisée par Matthäus Merian vers 1650. Il s'agit d'une gravure sur papier chiffon. Plus précisément, le procédé de gravure est une taille douce faite au burin (sur cuivre), ce que montrent plusieurs indices : les nombreux détails de la gravure, le trait propre, plus fin au départ et à l'arrivée, et les différentes tonalités de l'encrage. L'apogée de ce procédé de taille douce se situe de la fin 16e à la fin du 17e siècle. Quant au papier, il s'agit d'un papier artisanal chiffon de lin vergé, comme l'indique la présence de chaînettes et vergeures – c'est-à-dire les lignes perpendiculaires, qui apparaissent en filigrane dans le papier et s'observent par transparence, et qui sont laissées par les fils de laiton sur lesquels la pâte à papier était déposée – une pâte hétérogène, la forme simple déterminée par les chaînettes ombrées, ainsi que le défaut de lisibilité du filigrane. Ce papier, présentant ces particularités, a été fabriqué de 1336 à 1820. Ce type de gravure était réalisé sur des papiers nobles (chiffon lin vergé, chiffon lin vélin, linters vélins, linters vergé).

Cette gravure est la quatrième conservée aux Archives qui représente une vue générale de la ville de Rennes sous l'Ancien Régime (deux autres datent du 17e siècle et la dernière du 18e siècle). Ainsi, ce document enrichit nos fonds, d'autant que les gravures de Rennes de cette période ne sont pas nombreuses. Cette vue complète également les gravures de quartiers ou de monuments de la ville que nous conservons déjà sur cette période. Au chercheur de mettre en regard ces vues qui ont une visée informative mais aussi esthétique de plans de la ville de la même époque.

Vous souhaitez nous aider dans l'identification de cette vue ? Rendez-vous sur la page "Menez l'enquête".


Dans le rétro des archives

haut de page