En raison des travaux de mise en accessibilité du bâtiment, les Archives municipales de Rennes restent fermées au public. Les consultations sont possibles sur rendez-vous.

L'affaire Dreyfus

  • Un coupable parfait

Le capitaine Alfred Dreyfus, officier juif français, soupçonné d'avoir transmis des documents confidentiels concernant l'armement et l'organisation de l'armée française, est écroué à la prison du Cherche-Midi à Paris en octobre 1894.

  • Un procès truqué

Suite à un procès à huis-clos, il est reconnu coupable de haute trahison et condamné à la déportation à vie sur l'Île du Diable, en Guyane. En 1896, le nouveau chef des services de renseignements de l'état-major, Marie-Georges Picquart, découvre l'identité du véritable coupable, l'auteur du fameux "bordereau" : le commandant Esterhazy. L'état-major décide néanmoins d'étouffer l'affaire, en mutant le lieutenant-colonel Picquart et en créant de faux documents.

  • Vers une révision du procès

Un groupe de partisans de la révision du procès de 1894 se forme petit à petit afin de toucher l'opinion publique. C'est dans ce contexte qu'Émile Zola publie, en 1898, une lettre ouverte au président de la République Félix Faure et intitulée "J'accuse...". La mise en avant d'erreurs de procédures et l'opinion publique ainsi conquise vont permettre la révision de ce premier procès.

  • Le choix de Rennes

Rennes est alors choisie pour accueillir ce nouveau procès, pour son calme et surtout pour sa position géographique : c'est la ville, possédant un tribunal militaire, la plus proche de Port-Haliguen, lieu où est débarqué Alfred Dreyfus à son retour de l'Île du Diable. De plus, elle est assez loin de Paris, pour éviter de trop importantes manifestations.

Pour aller plus loin

''Pourquoi commémorer Dreyfus ?'', conférence de Charles Dreyfus et Vincent Duclert (2019)

 

''Rennes et Dreyfus, notre affaire'', conférence de Pascal Ory (2019)

 

''120 ans du procès du Capitaine Dreyfus à Rennes'' (2019)

À écouter

 (jpg - 110 Ko)

Podcast "Raconte-moi Rennes" : "1899, dans la fièvre de l'affaire Dreyfus"

haut de page