Une panne d'ascenseur limite l'accès aux documents pour une durée indéterminée. Pour tout renseignement, contactez nous ! Merci de votre compréhension.

Quartier n° 6, Jeanne-d'Arc, Longs Champs, Beaulieu

Quartier n° 6, Jeanne-d'Arc, Longs Champs, Beaulieu

24 image(s)

Au nord-est de Rennes, le quartier n° 6 se compose de 3 zones distinctes : Jeanne-d'Arc, Longs-Champs et Beaulieu.

 

  • Au commencement, une vaste campagne

Très éloigné du centre-ville, cet espace demeure, jusqu'au 19e siècle, une vaste étendue rurale qui s'étire au-delà du boulevard de Paris entre le faubourg de Fougères et la Vilaine. Il est composé de nombreuses fermes et manoirs qui ont donné leurs noms à des rues, équipements ou zones du quartier actuel : Le Grand Cordel, la Grenouillais, les Gallets ou encore les Longs Champs.

Jusqu'au début du 20e siècle, seuls la ferme du Grand lierre au nord, l'octroi de Paris aux portes de l'asile d'aliénés et la baignade du Gué de Baud au sud matérialisent, sur les plans de la ville, la limite ouest de cette vaste campagne qui s'étend en fait jusqu'à Cesson-Sévigné.

Il faut attendre le percement du boulevard de l'Est (actuel boulevard de Metz) et du boulevard de Saint-Méen (actuel boulevard de Strasbourg) vers 1880, pour que commencent à apparaitre quelques constructions pavillonnaires dans le secteur de Bellevue au niveau du boulevard de Metz et des rues Danton, Lavoisier et Beaumarchais. Les personnels des imprimeries Oberthür ou de l'asile départemental de Saint-Méen cherchent alors à se loger à proximité de leur travail.

 

  • D'une guerre à l'autre, le développement du secteur Jeanne-d'Arc

À partir de 1914, l'édification de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc stimule le développement d'un quartier qui n'aura dès lors de cesse de s'étendre du sud au nord, par la construction de nouveaux lotissements entre les boulevards de Metz et de Vitré.

En parallèle, le quartier s'anime. Une première école privée pour filles est fondée dans les années 1920. Le patronage Jeanne-d'Arc inaugure ses locaux en 1932. Il accueille un temps une salle de théâtre, reconvertie plus tard en cinéma. Les commerces s'installent aux extrémités nord et sud d'un quartier qui voit par ailleurs défiler de nombreux tramways. Aux beaux jours, une baladeuse s'accroche à la ligne Rennes-Cesson pour permettre au plus grand nombre de profiter des plaisirs des bords de Vilaine. En 1938 enfin, l'emblématique parc de Maurepas ouvre ses portes comme pour entériner le dynamisme de Jeanne-d'Arc.

La Seconde Guerre mondiale vient stopper ce bel élan. Sur la route de Paris, le quartier voit défiler successivement les troupes alliées, l'armée d'occupation puis les libérateurs américains. À la fin du conflit, des logements d'urgence pour sinistrés sont érigés rue Lafontaine et boulevard Charles-Péguy.

 

  • Les Trente Glorieuses et la conquête de l'est !

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le quartier présente un visage contrasté : le boulevard de Vitré marque la délimitation entre l'emprise urbaine à l'ouest et la campagne à l'est. Sous l'effet de la croissance économique et démographique des années 1950 - 1960, la municipalité commence par densifier l'existant en construisant dans le secteur Jeanne-d'Arc, des pavillons et des immeubles, mais aussi en aménageant des axes routiers qui le désenclavent. De nouveaux équipements apparaissent : des commerces ou encore le groupe scolaire Marcel-Pagnol. Des terrains sont ensuite acquis pour favoriser l'extension du quartier au-delà du boulevard de Vitré. 

Équipements socio-culturels (la Maison des jeunes et de la culture du Grand-Cordel) et d'éducation (collège des Gayeulles, Lycée Joliot-Curie et de Chateaubriand, campus de Beaulieu) sont au cœur de ce développement vers l'est. La rue Mirabeau, point de départ de cette urbanisation, devient alors l'axe central reliant ces différents sous-quartiers.

À la fin des années 1970, toujours plus à l'est, la municipalité lorgne sur l'une des dernières zones non-urbanisées de la ville de Rennes : le secteur des Longs-Champs.

 

  • Des Longs-Champs à la création de Rennes-Atalante

Autour de deux plans d'eau aménagés, 1 100 logements sortent de terre dans la ZAC des Longs-Champs. Ils sont bientôt suivis par de nombreux services, loisirs de proximité et équipements. L'association "Vivre aux Longs-Champs" créée en 1984, participe à façonner l'identité de ce nouveau quartier en favorisant les rencontres et animations dans un esprit "village".

Le développement se veut aussi économique. En janvier 1983, le Premier Ministre Pierre Mauroy annonce la création d'une ZIRST à Rennes (Zone d'Innovation et de Recherche Scientifique et Technique). Rebaptisée "Rennes-Atalante", elle s'implante à proximité de l'université, du Centre d'études des Télécoms et de Supélec. L'association "Rennes-Atalante" est alors chargée d'animer et de promouvoir ce pôle qui se veut en pointe dans le domaine des technologies (recherche, biotechnologie, informatique, communications, etc.) et dans la fabrication de produits à haute valeur ajoutée.

En 2022, l'inauguration de la ligne b du métro met définitivement fin à l'enclavement du quartier n° 6, le positionnant désormais à quelques minutes du centre-ville.


  • Se repérer dans la galerie

Derrière ce picto, découvrez nos coups de coeur commentés

 

Derrière ce picto, accédez à un contenu multimedia complémentaire

 

  • Pour aller plus loin

    Les documents présentés dans cette galerie ne sont qu'un aperçu des ressources disponibles aux Archives de Rennes.

    Pour aller plus loin, découvrez les notices d'archives indexées sur le quartier.

Le plan du quartier

Dans le rétro

Dans les années 1990, le magazine municipal ''Les Rennais'' publie des hors-série sur les différents quartiers rennais. L'occasion de remonter le temps et de re-découvrir le quartier près de 30 ans en arrière. Cliquez sur l'image pour accéder au document.

Envie d'un podcast

 (jpg - 33 Ko)

Retour sur l'histoire du quartier à travers des épisodes de la série ''Raconte-moi Rennes'', produite par Rennes Métropole :

''Réservoir des Gallets, une cathédrale souterraine'', réalisé par Ronan Le Mouhaer

''Arthur Régnault, l'architecte aux 100 clochers'', réalisé par Morgane Soularue

''Parc de Maurepas, l'anti-Thabor'', réalisé par Ronan Le Mouhaer

haut de page