En raison du contexte sanitaire actuel et pendant tout l'été, les consultations en salle de lecture sont possibles sur rendez-vous, du mardi au vendredi de 9h à 13h.

Menez l'enquête

Il arrive que certains documents soient de vraies énigmes pour nous. Nous faisons appel à vos connaissances des documents ou du territoire pour nous aider à localiser, identifier, contextualiser ou transcrire un document. Merci pour vos contributions !

Image mystère #12

Voici une carte postale présentant, sur son verso, les enfants de la communauté de Chantepie.

Ces derniers posent, jeux à la main, devant la façade d'un bâtiment, aux fenêtres duquel appraissent des adultes dont une religieuse.

Quelle est cette fameuse communauté de Chantepie ? Et quel est cet éditeur nommé au recto et qui échappe à toutes nos recherches ?? Aidez-nous dans cette nouvelle enquête.

Attention : qui dit éditeur inconnu, dit cliché non réutilisable... On compte sur vous !

Archives de Rennes, 100Fi1496Enquête suivante
Voir le flux RSS des commentaires de cette enquête




jeudi 16 juillet 2020 - Manu35Maurice Nouguey acquiert en 1920 le fonds dit "café de Rohan" situé au 6 de la rue (cf L'Ouest-Eclair du 1 août 1920, page 6). Le studio du 1 rue Vasselot, jusqu'alors un commerce de légumes et galettes, a été cédé à Maurice Nouguey par un acte du 20 octobre 1925 (cf L'Ouest-Eclair du 1 novembre 1925, page 9). Peu après son installation rue Vasselot, son studio est cambriolé en avril 1926 (cf L'Ouest-Eclair du 20 avril 1926, page 4), c'est peut-être ce qui le pousse à déménager en 1928.

lundi 13 juillet 2020 - ChmuraMaurice Paul François Nouguey (Libourne, 1877- ?) a vécu à Rennes entre 1920 et 1928 ; il exerce le métier de photographe en 1925, après avoir été commerçant et directeur de cinéma ; à cette date il était domicilié 13 rue Gambetta mais son studio était 1 rue Vasselot. En 1928, Il déménage à Verdun pour travailler comme photographe (Succ. Photo Laveuve) 21 rue Saint-Pierre jusqu’en 1932. La communauté de Chantepie occupait le manoir de Brault : reconstruit dans la deuxième moitié du 19e siècle, le manoir accueille les sœurs de saint-Vincent-de-Paul en 1889 qui y fondent un orphelinat pour filles et garçons. En 1955, les pères Lazaristes se portent acquéreur de la propriété et entreprennent la construction de ce que l’on nomme l’institut saint-Melaine (petit séminaire). Le diocèse, propriétaire des lieux, cède la propriété à la commune de Chantepie en 1998.

Comment faire ?

Parcourez les différentes enquêtes en cliquant sur les miniatures. Si vous avez des indices ou des informations à nous communiquer concernant un document, n'hésitez pas à laisser un commentaire.

Vous pouvez également vous abonner aux commentaires et ainsi suivre le déroulement de l'enquête. Merci !

haut de page