monter
descendre

Lettre de supplique en faveur de M. Riollay, embastillé, juillet 1788
l. 1007, B2

 

Cahier du général de la paroisse Saint-Aubin de Rennes, novembre 1788
l. 1007, D2

 

Compte-rendu des délibérations des 22, 24, 25, 26 et 27 décembre 1788
l. 1007, C2

 

Extrait du premier chapitre du livre "Les députés bretons de 1789 à 1983" de Jean Pascal
B0-38

 

Extrait du procès verbal de l'assemblée des 53 députés des trois ordres envoyés à Paris en juillet 1788
l. 1007, B 3

 

Divisions administratives de la Bretagne en 1790 : départements et districts
Tiré de "Bretagne, une histoire" de Louis ELEGOET, CRDP, p. 156.

 

Lettre de supplique en faveur de M. Riollay, embastillé, juillet 1788

l. 1007, B2

Cette lettre est adressée à la municipalité de Rennes afin qu'elle intercède auprès de "Sa Majesté" en faveur du sieur Riollay, qui faisait partie des douze députés embastillés en juillet 1788.
Cependant, on ne trouve dans cette lettre aucune raison à son embastillement. Il a l'air surtout victime d'une injustice.

Cette correspondance est intéressante à différents titres :

Sa formulation est caractéristique, notamment sa formule de politesse qui reflète bien le respect des conventions et de la hiérarchie.

Elle dépeint également ce que pouvait être la Bastille ou en tout cas ce qu'elle représentait pour les gens à cette époque. Celle-ci est comparée à un "tombeau" qui jette dans l'oubli ses "victimes".

Mais son intérêt réside surtout dans l'évocation des différences sociales qui, dans ces circonstances, jouent un grand rôle : "c'est une faveur qui ne s'accorde qu'aux personnes d'un rang élevé". Cette famille insiste sur l'ancienneté de sa condition bourgeoise, qui à ses yeux vaut bien mieux que la nouvelle noblesse. On décèle dans cette lettre toute la frustration de la bourgeoisie et toute sa fierté aussi.

Les qualités professionnelles et morales de M. Riollay vont bien avec son métier de procureur au parlement : austérité des moeurs, conduite irréprochable qui ont suscité le mérite et l'estime publique. En outre, c'est déjà le vocabulaire de la Révolution qui commence à être employé pour s'adresser à la municipalité : "votre zèle infatigable pour le bonheur des citoyens".

Chronologie Glossaire Bibliographie Nous écrire