Archives de Rennes

Paul Féval, Les Habits Noirs (extrait), 1863. (Gallica)

Domestique

« Personne payée pour le service de la maison ». Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1863-1872.

Figure récurrente dans la littérature, le théâtre, le cinéma, le métier de domestique recouvre des vocables et des réalités parfois très différents : employé(e) de maison, il ou elle peut être servant(e), valet, femme de chambre (aussi appelée camériste), majordome, gouvernante de maison, cuisinier, palefrenier, cocher…

L’emploi de gens de maison s’est généralisé dans la bourgeoisie du XIXe siècle. Il est par conséquent fréquent de croiser des mentions de domestiques dans l’état civil et les recensements de population. Ainsi, en 1872, Marie Chauvin, 33 ans, est employée comme domestique par le luthier Emile Bonnel ; dans le logement voisin, Louise Pamard, 29 ans, travaille au service de Paul Piquet, employé dans les bureaux de la Trésorerie.

Recensement de population de la rue Nationale, 1872. 1 F 67.

Certains domestiques dévouent leur vie au service d’une même famille. Quelques délibérations municipales lèvent le voile sur ce travail qui ne laisse que très peu de traces écrites dans les archives. En 1893, les héritiers de Mlles Constance (décédée en 1892, à 72 ans), Pauline (décédée en 1873 à 43 ans) et Marie-Emilie (décédée en 1884, à 75 ans) d’Avenel demandent l’autorisation d’inhumer dans le caveau familial le corps de Victoire Crénet, au service des trois sœurs défuntes depuis 50 ans.

Extrait de délibération municipale, 1893. 2 M 58.

Démarche similaire en 1894 pour la famille Le Mintier de Saint-André, qui demande l’autorisation d’inhumer Marie Rigolet dans la concession perpétuelle familiale au cimetière du Nord, après 44 ans de service dans la famille.

Délibérations municipales autorisant l’inhumation de domestiques dans le caveau de leurs employeurs, 1893-1894. 2 M 58.

Si l’image des domestiques rattachés aux familles de notables est assez répandue dans l’imaginaire social, il ne faut pas oublier l’existence de domestiques agricoles, notamment au XIXe siècle. Ces derniers, souvent jeunes et célibataires, étaient notamment employés par les familles d’agriculteurs. On les retrouve fréquemment mentionnés dans les lieux dits ruraux (partie de la commune dit « banlieue ») des recensements de population.

Recensement de population (lieu-dit La Donelière), 1872. 1 F 68.

Recensement de population (rue d'Estrée), 1872. 1 F 67.

Les domestiques sont rarement natifs de Rennes : la plupart sont originaires de communes rurales d’Ille-et-Vilaine ou de départements voisins, comme l’illustrent bien les deux extraits du recensement de 1872.

- Au lieu-dit la Donelière, Yves Le Moal, domestique de 20 ans, est né à Lannion (Côtes-d’Armor, 6000 habitants en 1872) ; sa collègue Marie Rosais, 24 ans, est originaire de Bois-Gervily (Ille-et-Vilaine, 1200 habitants);

- Rue Saint-François, 3 domestiques sont employés chez le banquier Joseph Vatard : Louise Goudré, 34 ans, née à Plouaret (Côtes-d’Armor, 3300 habitants), Mélanie Gabare, 27 ans, née à Merdrignac (Côtes-d’Armor, 3300 habitants) et Joseph Guillaume, 41 ans, né dans le département d’Ille-et-Vilaine.

Hormis les registres paroissiaux qui parfois mentionnent la profession des individus, il est plus difficile de trouver des traces de domestiques pour l’Ancien Régime. Et pour cause : les rôles de la capitation, pendant pour le XVIIIe siècle des recensements de population, ne nomment pas spécifiquement les domestiques. Leur présence n’est précisée que par la mention : « domestique cinquante sols » [soit 2 livres 10 sols].

Rôle de la capitation de 1763. CC 751.

Les gens de maison tardant trop à payer l’impôt, un arrêt du roi de 1695 ordonne que « les sommes pour lesquelles les valets, servantes et autres domestiques sont employées dans les rôles de la capitation seront payées par leurs maîtres et maîtresses »… sommes retenues sur les gages (salaires). Les noms d'individus figurant dans les rôles de la capitation sont ceux des chefs de famille ; les domestiques deviennent en partie invisibles…

Arrêt du conseil qui ordonne que les sommes concernant les domestiques seront payées par leurs maîtres et maîtresses. CC 268.

Combien de domestiques y avait-il à Rennes au XIXe siècle ? Là encore, difficile de répondre faute de sources, à moins de les compter un à un dans les recensements de population... Des statistiques numériques par profession sont établies lors des recensements de population, mais une fois encore, les instructions ne jouent pas en faveur des gens de maison. Les domestiques sont bien comptabilisés… mais en fonction de la profession exercée par leur employeur.

Instructions pour les statistiques numériques par profession, 1856. 1 F 29.

Le recrutement se fait souvent par le bouche à oreille, sur recommandation… mais également par petites annonces, par exemple dans les Affiches de Rennes (1788) ou dans Ouest-Éclair (1909).

Une affiche conservée aux Archives annonce la tenue de l'assemblée des domestiques le 29 juin 1890, date qui coïncide avec l'ouverture de la fête foraine du Mail. S'il existe peu d'éléments sur le déroulement exact de l'événement, il semble qu'il s'agit d'une manifestation permettant aux domestiques de se gager (c'est-à-dire trouver un employeur) pour l'année ou la moisson à venir. Des assemblées similaires se tiennent dans les communes rurales d'Ille-et-Vilaine au début du XXe siècle.

Assemblée des domestiques, 1890 (agriculture). 9 Fi 807

Programme de la fête foraine du Mail, Journal de Rennes, 28 juin 1890. 62 PER 1890.