Archives de Rennes

Facture de la pharmacie Legault, 17 rue du Chapitre, 1845. Archives de Rennes, 10 Z 39_00555.

Apothicaire

Ancêtres des pharmaciens, les apothicaires vendaient des remèdes et médicaments pour les malades dans des boutiques ayant pignon sur rue, contrairement aux charlatans, ambulants.
On en trouve quelques uns dans les rues de Rennes en 1760 :

  • Rue Saint-Georges : le sieur de la Rousselière Boussard et son fils ;
  • Rue d'Estrées : le sieur Le Beaupin l'Aîné, maître apothicaire, qui tient boutique dans une maison où exerce… un médecin ;
  • Rue d'Orléans : le sieur Tual, aidé d'un frater (assistant) vend ses remèdes… juste à côté de la boutique d'un chirurgien.

 

La capitation de 1760, Archives de Rennes, CC 745.

A partir du XIXe siècle, on parle de "pharmacien". Le terme d'apothicaire ne s'emploie progressivement plus que par dénigrement.
Dans le recensement de 1872, on croise le pharmacien Victor Baudry, 52 ans, domicilié avec sa femme et ses deux fils au 2, rue Louis-Philippe (actuellement rue Victor-Hugo). La famille héberge également deux élèves en pharmacie, Jean Noël et Arsène Houisse. Un autre métier de la pharmacie apparaît dans le registre, exercé par exemple par Charles Pigache, 60 ans, domicilié place Saint-Germain : le métier de "garçon de pharmacie".

 

Vue de l'ancienne pharmacie Lechaptois, située à l'angle de la rue Bonne-Nouvelle et de la rue d'Antrain. Don numérique de Mme Chauvin-Lechaptois, Archives de Rennes, 32 Num 6.

Sources :
- Rôles de la capitation. Ici, la capitation de 1760, CC 745 (consultation en ligne : Archives et inventaires > fonds d'archives > archives anciennes > CC Finances et contributions, page 3),
- Recensements de population. Ici, le recensement de 1872, 1 F 4/29 (consultation en ligne : Archives et inventaires > fonds d'archives > archives modernes > F Population, économie sociale, statistique > 1 F Population.),
- Prêt pour numérisation de Mme Chauvin-Lechaptois, 32 NUM 6.