Archives de Rennes

Les Tombées de la nuit

Un festival ancré localement et des archives consultables en salle !

Les tombées de la nuit, 1991. Archives de Rennes, 2193W

L'été débute toujours à Rennes par le festival des Tombées de la Nuit qui s'est déroulé cette année du 5 au 9 juillet. Ce festival, consacré aux arts de la rue voit le jour le 7 juillet 1980. Il se tient dans les rues, places, parcs, scènes et quartiers de Rennes. Il complète, à l'époque, les festivals Rock and Solex (1967) et les Rencontres trans musicales (1979).

Cette manifestation culturelle est née d'une double ambition : Il s'agit tout d'abord de répondre, début juillet, aux attentes en festivités des Rennais ne partant pas en vacances et des touristes de la capitale bretonne. En second lieu, il entend préserver et valoriser l'identité culturelle bretonne qui lui est propre, face à une uniformisation des modes de vie et de la culture dans l'ensemble de la France et au-delà des frontières.

L'initiative de l'évènement revient à la ville de Rennes et de son élu à la culture, Martial Gabillard. La ville, ne disposant pas de structure culturelle opérationnelle à cette période de l'année, propose à l'Office du tourisme d'organiser la manifestation et à son tout nouveau directeur, Jean-Bernard Vighetti, d'en assurer la direction artistique.

Avec la modernisation express de la Bretagne depuis le milieu des années soixante, on assiste à une dislocation des communautés traditionnelles et à un abandon des traditions populaires et bretonnes. Des chanteurs et artistes précurseurs comme Glenmor, Stivell, Servat, Tri Yann ou encore Jean Moign, Jean Kergrist, ont contribué, en chantant ou en produisant des spectacles en breton, à faire disparaître les complexes de certains Bretons. Dans les années 1970 et 1980, ce renouveau de la culture bretonne a trouvé divers vecteurs d'expression.
Mêlant étroitement patrimoine architectural de la ville et expression artistique, le festival, à ses débuts, se veut avant tout comme le miroir de la création bretonne, et revendique son éclectisme et son ouverture à toutes les formes d'expression : arts plastiques, théâtre, musique, danse, etc... Au fil des années, il s'est peu à peu élargi aux diverses cultures régionales de France et d'Europe.

Promoteur de la culture populaire et de la création bretonne, Jean-Bernard Vighetti quitte en 2002 la direction artistique du festival rennais après la 23e édition du festival. Beaucoup moins bretonnant qu'à son lancement en 1980, son successeur depuis 2003, Claude Guinard, fait le choix d'une politique artistique moins centrée sur le régionalisme breton. Le festival à dominante musicale, marie désormais les arts de la rue, des spectacles intimistes, insolites, où la place du spectateur est importante.

Les documents consacrés aux Tombées de la nuit aux Archives de Rennes :

Les Archives de Rennes conservent un gros fonds de photographies relatives à ce festival. Elles ont été versées par la Direction de la Communication de Rennes Métropole entre 2002 et 2008 (2193W), et comprennent en tout 20 reportages.

En ce qui concerne les autres documents figurés, il y a des photographies du photographe Michel Ogier (40Z), un dessin de Plantu caricaturant Boucheron "Comme dirait le député d'Ille-et-Vilaine... Les Tombées de la nuit, Rennes, juillet 1983" (43Z), ainsi que 2 affiches (2310W).

D'autres documents sont également consultables :

- 23 Z : Fonds de l'Office social et culturel de Rennes (OSCR) ; 1956-2000- 40 Z : Fonds Michel Ogier (photographe) ; 1982-2003- 1091 W : Fonds de la direction de l'information ; 1969-1983- 1728 W : Fonds de la DGCult PPS ; 1980-2006- 1936 W : Fonds Direction Générale Culture ; 1990-2008- 2003 W : Fonds de la Bibliothèque municipale ; 1946-2008- 2029 W : Fonds Direction Générale Culture ; 1989-2008- 2104 W : Fonds Direction Général de la communication ; 1977-2006- 2126 W : Fonds Direction Générale Culture ; 1965-2011- 2128 W : Fonds Direction Générale Culture DGCult/Direction ; 2002-2011