Archives de Rennes

Archives : tout doit disparaître, ou presque…

Campagne d'élimination 2018

Pilon en cours au centre de préarchivage de l'Hôtel de Rennes Métropole, janvier 2018.

Le mois de janvier est l'occasion pour les archivistes de faire le ménage de printemps en avance. Avec le changement d'année, un certain nombre de documents peut être détruit car leur délai de conservation est échu. En 2017, 162 mètres linéaires (environ 8 tonnes) d'archives versées aux Archives de Rennes sont partis à la destruction. Les services de la Ville de Rennes, du Cntre communal d'actions sociales (CCAS) et de Rennes métropole ont quant à eux détruit 122 mètres linéaires (environ 6 tonnes) de documents.
Bien sûr, ces archives sont étudiées et identifiées comme documents n'ayant pas d'intérêt historique. Leur destruction est tracée par les Archives de Rennes et autorisée par le directeur des Archives départementales. Il s'agit par exemple des dossiers individuels d'usagers des crèches, des maisons de retraite ou de certains services du CCAS, qui font l'objet d'un échantillonnage ou encore de demandes de subventions refusées.

Le débat sur les "archives essentielles" que les médias relaient actuellement reste une question de fond pour les archivistes. Les archives sont essentielles pour documenter l'histoire d'un territoire, pour documenter et justifier des actions de l'administration, pour assurer les droits des individus. La sélection des archives ayant un intérêt historique est toutefois au cœur du métier de l'archiviste qui cherche à gérer et à valoriser l'information. L'élimination est à cet égard incontournable et répond à plusieurs impératifs :

-    Ne pas stocker plus longtemps que nécessaire des documents sans intérêt historique ;
-    Permettre de retrouver l'information contenue dans les documents sans se perdre dans la masse d'informations ;
-    Avoir une gestion optimale des espaces.
On considère que 70 à 80 % des archives n'ont pas vocation à être conservées. Les archivistes sont les garants de ce bon équilibre entre la conservation des sources de l'histoire et l'effacement de l'inutile.

 

Pilon des archives éliminables, 20 avenue Jules-Ferry, décembre 2017.


Pour en savoir plus sur le débat relatif aux archives essentielles.